blog image

De tant de problèmes de santé, de maladies et de malaises physiques, il y en a peu qui effraient les gens autant que la perte de l’audition. Les raisons sont nombreuses, et à la cause fondamentale que toute maladie nous effraie, il faut sans doute ajouter la gravité d’un problème qui nous prive de l’un des cinq canaux par lesquels nous percevons le monde – nous soustrayons donc 20% – et l’association d’idées, due à la baisse fréquente de l’audition avec l’âge, pour laquelle la surdité est une maladie des vieux – ou même des séniles. Essayons donc de dissiper quelques mythes erronés sur ce problème :

  1. Les personnes sourdes ne peuvent communiquer efficacement
    Non, c’est un faux. Au contraire, les sourds sont parfaitement capables de communiquer de manière extrêmement efficace, avec toutes les nuances, les complexités, et la précision de termes et de sensations dont sont capables les personnes ayant une audition parfaite. Et cela parce que les sourds utilisent simplement leur propre langue, qui utilise les mains et non les sons, mais qui a ses propres règles et sa propre grammaire complexe, exactement comme l’anglais, l’italien ou le swahili.
  2. Tous les sourds utilisent le même langage des signes
    Non, faux – malheureusement. Chaque pays a sa propre langue parlée, et de la même manière, dans chaque pays une langue des signes locale s’est développée. Du reste, aussi bien un Américain qu’un Écossais parlent, techniquement, la langue anglaise, mais il est probable qu’ils peinent à se comprendre parfaitement : la même chose vaut pour le langage des signes. En fait, il existe un langage international des signes, mais il est très peu répandu, et en fait, il n’est utilisé et compris que par les sourds qui voyagent régulièrement au niveau international.
  3. La façon la plus efficace de communiquer avec un sourd est par l’écriture
    Non, en effet non – bien qu’il soit facile de comprendre pourquoi beaucoup ont cette idée fausse : il semble clair, pour qui nous entend, que s’il devait perdre l’audition, la façon la plus simple de comprendre serait de lire. Et si cela peut être vrai pour ceux qui perdent l’ouïe à l’âge adulte, pour ceux qui naissent sourds, la perception même du monde fonctionne de façon différente, beaucoup plus visuelle et physique, et la langue écrite peut confondre, parce qu’il a une structure et une grammaire très différentes de celles du langage des signes.
  4. Tous les sourds lisent sur les lèvres
    Non, malheureusement, ce n’est pas le cas. La lecture des lèvres est en effet très difficile, et pas plus de la moitié des sourds en sont capables; même pour les meilleurs d’entre eux, la méthode permet de ne pas comprendre plus d’un tiers de ce qui est dit. En outre, si le locuteur a un accent particulier, bouge peu la bouche, ou a encore par exemple une moustache, la difficulté augmente encore.
  5. La surdité est un signe de déficit cérébral
    Non, c’est complètement faux. Il n’y a pas de corrélation entre les capacités intellectuelles et auditives : il y a des personnes sourdes parmi les étudiants universitaires et parmi les membres de la classe dirigeante. Le taux de déficience intellectuelle chez les sourds n’est pas différent de celui chez les malentendants.

Neila

Votre assistante médicale

Demander devis

Réseaux sociaux