Algodystrophie

Le diagnostic

Lors du diagnostic d'Algodystrophie (SDRC), les signaux d'alarme considérés sont généralement la présence d'un événement initial ou d'une cause d'immobilisation, une douleur continue, une allodynie (stimulus auparavant indolore devenu douloureux), une hyperalgésie (la douleur est excessive par rapport à le stimulus déclenchant), oedème, altération de la vascularisation cutanée ou activité anormale de la sueur dans la zone douloureuse.

D'autres facteurs pouvant être des symptômes du SDRC sont les troubles vasomoteurs prédominants, les troubles sensoriels prédominants qui se manifestent et se développent en trois phases : la phase chaude, la phase froide et la phase chronique.

La phase chaude

La phase chaude est la phase inflammatoire dont les symptômes sont des douleurs articulaires globales, une limitation fonctionnelle commune, des signes inflammatoires vasomoteurs locaux, une hyperesthésie cutanée. Ce trouble vasomoteur circulatoire peut survenir immédiatement après la chirurgie ou pendant la phase de consolidation de la rééducation fonctionnelle et de la prise en charge en kinésithérapie.

La phase froide

Les phases froides ou phases posthumes sont détectées tardivement et sont souvent liées à une impuissance fonctionnelle étendue au niveau loco-régional, avec une association de type syndrome anxiogène post-traumatique et en plus des troubles psychologiques.

La phase chronique

C'est la phase invalidante et chronique avec des handicaps réels et une désocialisation potentielle suivis d'éventuels problèmes psychologiques.

Les causes de l'algodystrophie

Rappelons que tout traumatisme mineur ou majeur, quelle que soit l'articulation, quelles que soient les circonstances de l'événement et quel que soit le traitement, peut déclencher l'algodystrophie.

Les déclencheurs potentiels sont : une prédisposition psychique à l'anxiété ou l'attitude d'un patient qui souhaiterait une récupération plus rapide que d'habitude, une immobilisation prolongée, une interruption de travail à la suite d'un traumatisme, le non-respect de l'impuissance fonctionnelle lors du traitement initial, trop agressif ou trop attitude lubrique, repos ou traitement inattendu, migraines, asthme, problèmes menstruels, neuropathie.

Il faut considérer que tous ces facteurs n'ont aucune valeur s'ils ne sont pas considérés par le médecin comme liés à la maladie d'Algodystrophie et en relation avec une évolution clinique inhabituelle.

Les examens cliniques

Compte tenu de la difficulté du diagnostic d'algodystrophie, il n'existe pas de tests spécifiques pour cette maladie. Habituellement, dans les cas où une douleur polymorphe inhabituelle et intense survient chez le patient dans l'ensemble de l'articulation touchée, voire dans l'ensemble de l'épaule/main du membre, une limitation fonctionnelle de l'articulation avec raideur, signaux locaux, rougeur, blancheur, amincissement peau, hypersudation ou chaleur anormale par rapport au côté controlatéral, le SDRC est diagnostiqué et une analyse plus approfondie est nécessaire pour le confirmer.

Le traitement visera donc à rétablir complètement les comportements antérieurs avec un profond changement de prise en charge par la rééducation fonctionnelle et la kinésithérapie et balnéothérapie, recommandant une activité physique dès que possible.

L'éducation

Il est courant de combiner le traitement pharmacologique de l'Algodystrophie avec un traitement de physiothérapie. Certains établissements proposent des services de rééducation motrice en piscine, car ils favorisent la remobilisation fonctionnelle, au cours de laquelle des séquences régulières d'application de chaleur sont recommandées, suivies d'une cryothérapie. L'électro kinésithérapie est conseillée dans un premier temps, avec un drainage lymphatique manuel ou mécanique (presso thérapie).

La kinésithérapie a des temps de développement longs et progressifs, avec l'introduction progressive d'un renforcement musculaire manuel, suivi d'une mobilisation articulaire régionale et locorégionale.

4