blog image

De quoi il s’agit ?

L’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil est une source de différentes maladies douloureuses de l’avant pied, d’une part son mouvement et d’autre part les obstacles qu’elle supporte pendant la marche et le chaussage. En effet, cette articulation est formée par la tête arrondie du 1er  métatarsien et la base concave de la 1ére phalange. Elle est bandée par une capsule et des tendons dont l’atteinte occurrente contribue à la maladie articulaire.

Hallux valgus : qu’est ce que c’est ?

L’hallux valgus est la déviation la plus régulière de l’avant pied, il comprend : une déformation en dehors du gros orteil, une altération en dedans du 1er métatarsien et une bosse sur la face médiale interne qui est responsable de la bursite douloureuse par frottement de la chaussure. Cette altération isolée du gros orteil, une fois évoluée et accentuée, elle peut provoquer des déformations au niveau des orteils latéraux.

Parmi les causes de cette déformation on note :

  • Le facteur héréditaire
  • Le sexe : elle est plus fréquente chez les femmes
  • L’excès de longueur de la 1ère phalange
  • Chaussures talents ou pointues  

Pour quel but faut-il s’opérer ?

Si la déformation acquit du gros orteil, elle ne disparait plus et son évolution se fait implacablement vers l’aggravation graduelle. En effet, il n’existe pas des traitements non chirurgicaux qui peuvent traiter l’hallux valgus. Par ailleurs, les semelles et les orthèses peuvent être usées dès le début afin de retarder l’évolution de cette déformation. De ce fait, l’intervention chirurgicale repose sur plusieurs critères  dont le diagnostic personnel par le patient est primordial :

  • La résistance à la douleur
  • La résistance au chaussage
  • La résistance esthétique

Somme tout, lorsque le patient souffre d’une grande douleur à son gros orteil, et qu’il peut plus se chausser comme il veut ou qu’il ne supporte pas de voir sa déformation, dans ce cas il aura besoin d’une intervention chirurgicale. Tout en sachant qu’une seule cause peut suffire pour réaliser une opération. Quoiqu’il en soit les résultats de la chirurgie sont meilleurs si l’altération est limitée et si le traitement ne porte que sur le gros orteil, il est indiqué donc de ne pas trop tarder le traitement et d’éviter l’évolution de la déformation.

L’intervention

L’opération la plus fréquente est l’association d’une ostéotomie longitudinale du 1er métatarsien afin de corriger son axe et retirer l’oignon et d’une ostéotomie de la base de la 1ère phalange pour reformer  le gros orteil.

Des attitudes alliées sont indispensables en fonction de la déformation :

  • Une exostosectomie : aplanissement de la zone interne de la tête métatarsienne.
  • Une amplification du tendon extenseur du gros orteil
  • Une plastie capsulaire
  • Une correction des déviations des orteils adjacents

Les méthodes mini-invasives ou percutanées sont comparables en termes de gestes osseux. En effet, leur indication est intéressante dans les formes modérées, mais elle nécessite un suivi postopératoire sévère notamment si le maintient de la correction se fait par des pansements. Par ailleurs, l’intervention dure environ dix minutes.

Suites opératoires

Après l’intervention, le patient doit être hospitalisé entre deux et 3 jours. Les pansements doivent être renouvelés régulièrement, avec un contrôle strict des phénomènes algiques lors de votre hospitalisation.  La marche se fait à l’aide d’une chaussure à appui talonnier et qui doit être utilisée pendant 3 semaines.

Neila

neila

Votre assistante médicale

Demander devis

Réseaux sociaux