blog image

Il est très important que vous sachiez ce que vous pouvez attendre d’une opération de remplacement total du genou.

Les principaux avantages de la chirurgie sont l’élimination totale de la douleur, ou du moins une réduction drastique de la douleur, l’amélioration de la fonction articulaire du genou et la correction de l’axe de la jambe.

Attentes chez les jeunes patients

Comme les jeunes ont tendance à être plus actifs que les personnes plus âgées, on pense souvent que cela limite le danger de surcharge et d’usure de la prothèse. Cependant, si vous suivez les instructions que je vous donnerai dans la phase post-opératoire, vous pourrez mener une vie pratiquement normale même si vous êtes un jeune patient.

Obésité

Il ne fait aucun doute que si vous êtes obèse, des difficultés techniques surgissent et le risque de complications augmente. Malgré cela, l’obésité n’est pas considérée comme une contre-indication à la pose d’une prothèse totale du genou. En outre, il n’y a pas non plus de corrélation directe entre l’obésité et l’usure prématurée de la prothèse.

Prothèses de genou et sport

Avec l’augmentation de l’âge moyen, le problème de l’activité sportive avec la prothèse est plus que jamais d’actualité. En ce qui concerne le temps de récupération, vous pouvez donc reprendre une activité physique légère seulement 8 semaines après l’opération.

Parmi les activités physiques autorisées figurent la natation (à l’exception du style de la grenouille), le golf, le cyclisme, la randonnée et le ski (de préférence le ski de fond).

Parmi les activités physiques non recommandées, il y a cependant les sports de contact (par exemple les arts martiaux) et les sports à fort impact dans lesquels le genou est sollicité par des changements de direction soudains (comme le football et le tennis).

Approche mini-invasive

Les avantages de la prothèse totale du genou mini invasive sont les suivants :

  • moins de dommages aux tissus mous ;
  • une meilleure préservation des tissus mous (en particulier les ligaments croisés) ;
  • une récupération plus rapide ;
  • moins de douleur ;
  • un retour plus rapide aux activités quotidiennes normales ;

Le taux de survie de la prothèse totale du genou est très élevé et atteint plus de 90% 20 ans après l’opération. Il faut donc considérer que ce pourcentage est en constante augmentation grâce à l’amélioration des matériaux utilisés et à l’évolution de la technique d’implantation.

D’autre part, le taux de complications après l’implantation d’une prothèse totale est d’environ 1%. Il est bon de savoir que les maladies chroniques peuvent augmenter le risque de complications. Bien que rares, ces complications peuvent prolonger et/ou limiter le rétablissement complet.

Les complications consécutives à la mise en place d’une prothèse du genou sont de deux types : précoces et tardives.

Complications précoces

Comme pour tous les implants prothétiques, il est possible qu’une infection se développe après l’opération, à la fois sur la plaie et en profondeur, c’est-à-dire autour de la prothèse. Ces types de complications peuvent alors survenir à l’hôpital ou à domicile.

Les infections mineures dans la zone de la plaie sont généralement traitées avec des antibiotiques. Les infections majeures ou profondes, en revanche, peuvent nécessiter davantage de chirurgie et, dans les cas plus graves, l’enlèvement de la prothèse.

Lors d’une intervention chirurgicale, une paralysie du nerf péronier commun est théoriquement possible. Cette complication est plus fréquente dans le cas des prothèses totales du genou chez les patients présentant un valgus-flexus sévère. Cette possibilité est cependant assez rare.

La casuistique fait état d’une possible fracture du plateau tibial ou du condyle fémoral due à la contrainte appliquée au plateau tibial et au condyle fémoral lors de la cimentation. Ces éventualités, bien que possibles, sont très rares.

L’un des aspects les plus difficiles de la procédure est l’équilibre ligamentaire. A la fin de l’opération, le genou doit être stable en varus-valgus et en antéro-postérieur. Un défaut d’équilibre peut survenir dans un genou instable ayant des difficultés considérables à marcher, ou en présence de défauts de flexion ou d’extension.

Complications tardives

Une surcorrection ou une hypocorrection de l’axe mécanique et un mauvais positionnement des composants du genou peuvent entraîner des complications tardives.

L’hypocorrection ou la surcorrection entraîne souvent des douleurs chroniques dans un avenir immédiat. À distance, ils provoqueront une défaillance précoce de l’implant, avec un détachement de la prothèse (relâchement) et la nécessité d’une nouvelle intervention chirurgicale.

En revanche, un mauvais positionnement des composants du genou peut entraîner une subluxation du tibia sur le fémur sur le composant fémoral. Dans les cas plus graves, il y aura donc une instabilité de la rotule avec des épisodes de luxation ou de relâchement (détachement de la prothèse de l’os) de l’un des composants de la prothèse.

Il peut y avoir un certain engourdissement de la peau autour de la plaie et certains patients peuvent ressentir des « clics » lors de la flexion du genou ou de la marche, mais cela est tout à fait normal. Ces petites anomalies s’atténuent souvent avec le temps et presque tous les patients les tolèrent sans problème.

Neila

Votre assistante médicale

Demander devis

Réseaux sociaux