La douleur est une sensation désagréable, souvent due à la lésion d’un tissu. La douleur aiguë, de courte durée, joue un rôle d’alerte et incite l’individu à supprimer la cause de sa douleur, par exemple en retirant sa main d’une plaque chaude. C’est un mécanisme utile à la survie. Mais la douleur chronique, qui s’installe sur des mois, n’a pas cette fonction et tend à devenir une maladie chronique.

Les douleurs chroniques comprennent notamment les douleurs neuropathiques ; elles sont dues à une atteinte du système nerveux, liée par exemple à un accident, une opération, un diabète, un traitement anti-cancer. Souvent, dans ces douleurs chroniques, la cause de la douleur a disparu : le traitement anti-cancer est fini, l’opération a cicatrisé. Pourtant dans certains cas, la douleur persiste et devient chronique.

Il n’existe pas de traitement spécifique aux douleurs neuropathiques et souvent les patients prennent des antidépresseurs ou des antiépileptiques. Certains se tournent vers des médecines alternatives comme l’acupuncture ou l’hypnose. Pour mettre au point des traitements médicamenteux adaptés à la douleur neuropathique, il faudrait comprendre plus précisément les mécanismes qui provoquent ces douleurs.

Lors d’une lésion, des cellules immunitaires arrivent sur le site et libèrent des molécules, dont certaines excitent les neurones sensitifs. Dans la douleur chronique, les neurones sensitifs périphériques qui transmettent la sensation de douleur, ont une activité trop importante.

Ce qu’il faut retenir

Lors d’une lésion, des cellules immunitaires libèrent une cytokine, FL.
En se fixant sur son récepteur, la cytokine favorise la chronicité des douleurs.
Des chimistes ont identifié une molécule qui bloque le récepteur de FL.
Cette molécule pourrait permettre de mettre au point un traitement contre la douleur neuropathique.

Hosgan Health Care , votre santé à l’étranger

En cas d'urgence       +216 25 769 144